ENJEUX ET OBJECTIFS DU CONCOURS

Concours---mutation-urbaine---une-site-internet-5.png

En invitant les étudiants à proposer des solutions innovantes de transformation et de végétalisation du bâti ancien parisien, le concours d'idées proposait aux candidats de répondre à un double enjeu : - Montrer comment le tissu urbain existant peut devenir le support d'innovations architecturales et environnementales, pour inciter les acteurs privés (ici les copropriétés) à participer à l'évolution et à l'amélioration du bâti parisien. - Utiliser le potentiel de densification et de mutation de l'existant, pour préserver le foncier libre et construire la ville durable de demain.

Intervenir dans une copropriété

Avec les problématiques actuelles d'améliorations thermiques et plus généralement de développement durable, la copropriété devrait constituer à Paris l'un des cadres de travail privilégié des architectes. Un quart des logements en France est en copropriété et le tiers des logements en copropriété se situe en région parisienne. Sur l'ensemble des résidences principales recensées sur Paris en 2011, un tiers sont habitées par des propriétaires occupants et un tiers sont locataires du parc non HLM. Au sein d'une copropriété, les intérêts à réaliser un projet de transformation ou d'amélioration du bâti sont souvent divergents. De plus, les compétences et connaissances des copropriétaires peuvent être hétérogènes. Cela induit un travail de communication du projet particulier : les étudiants devaient s'imaginer répondre non pas à un commanditaire unique, mais à un ensemble de copropriétaires ; et faire preuve de pédagogie envers un public non averti.

Intervenir sur l'existant

À Paris, le tissu urbain est en très grande partie déjà constitué. Dans un contexte de crise de la construction, de raréfaction des ressources et face à la forte pression qui s'excerce sur le foncier disponible, il est plus que nécessaire aujourd'hui pour les acteurs du cadre de vie de réfléchir à la mutabilité du patrimoine bâti : préserver le foncier libre et utiliser le potentiel de densification de l'existant pour construire la ville durable de demain. Plus de 800 000 logements à Paris sont antérieurs à 1939, ce qui représente près de 60 % du parc de logements sur la capitale. Les évolutions des techniques constructives, de la notion de confort, ou encore l'usage de certains matériaux, ont généré des différences de qualité des espaces du logement, mais aussi des différences de qualité environnementale. Par exemple, une grande partie des bâtiments anciens, lorsque les murs porteurs et de refends sont en maçonnerie, ont l'avantage d'avoir une forte inertie thermique et donc d'être bien isolés. Cependant, l'évolution de la notion de confort n'a pas nécessairement été intégrée, par manque de place dans les parties communes ou par négligence. Inversement, les immeubles de logements construits dans la période des 30 glorieuses intègrent tout le confort moderne, mais l'évolution des formes urbaines, l'usage du béton, de panneaux préfabriqués en façade peuvent avoir pour conséquence une très mauvaise isolation des logements. La connaissance de l'existant permettra de réfléchir à une amélioration du patrimoine bâti dans le respect de ses qualités (constructives, patrimoniales, qualités d'usages, confort... ).

Proposer de nouveaux espaces au service des résidents et de la vie de quartier

Local vélo, local poubelle et tri des déchets, local de récupération des eaux de pluies,... Ces lieux annexes du logement, quand ils existent, ont souvent été ajoutés dans les cours afin de répondre à des usages qui n'étaient pas prévus au moment de la construction de l'immeuble. Ces espaces se sont greffés au fil du temps dans des espaces déjà contraints. La mutualisation de ces services entre copropriétés, ou entre habitants et usagers de l'espace public, est une solution a envisager pour intégrer ces espaces dans le bâti existant, ou encore diminuer leur impact sur les espaces non bâti. Mais au delà de ces espaces qui font le logement collectif, comment vivra-t-on demain et quels sont les programmes, les usages que l'on pourrait mutualiser au sein d'une même copropriété ? En effet, l'évolution des modes de vies appelle à repenser les espaces partagés au sein du logement collectif. Le développement de nouveaux usages appelle la création d'espaces spécifiques : une cuisine collective, une buanderie, une bibliothèque partagée entre les résidents, un espace de travail, un espace dédié au sport, un potager urbain... Dans quelle mesure est-il envisageable d'implanter des activités, qui pourront contribuer à la qualité de l'espace public et à l'animation de la vie de quartier.

Développer la biodiversité dans les espaces publics et privés parisiens

La place de la nature en ville est aujourd'hui un enjeu majeur pour la qualité de vie dans les grandes métropoles. La densité bâtie autour de la place de la République est très importante. Cependant de nouvelles formes de biodiversité urbaine pourraient s'y développer : murs toitures végétalisées, investissement des pieds d'arbres et des recoins, intégration de ruches en milieu urbain dense, agriculture urbaine, récupération des eaux de pluies,... sont autant de dispositifs qui permettent de faire émerger de nouvelles formes de biodiversité urbaine.

INFORMATIONS

LES PARTENAIRES

 

La Direction du Logement et de l'Habitat de la Ville de Paris
La DLH assure la responsabilité de la mise en oeuvre de la politique municipale du logement, tant sur le plan qualitatif que sur le plan quantitatif.

 

ADEME
L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) accompagnant la transition énergétique et écologique. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l'ADEME met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public ses capacités d'expertise et de conseil.

 

EKOPOLIS
L'association francilienne « EKOPOLIS » est un pôle de ressources pour l'aménagement et la construction durable. Elle développe des actions pour accompagner la mutation des pratiques professionnelles de l'aménagement et de la construction vers une meilleure prise en comptes de enjeux liés au développement durable.

 

Bati'Rénov
L'entreprise Bati'Rénov a aquis depuis près de 50 ans une expérience forte dans le domaine de la réhabilitation, dans l'amélioration d'immeubles insalubres et dans l'amélioration du confort des logements.

 

Le PACT - Paris_Hauts-de-Seine_Val d'Oise
Le PACT 75-92-95 est une association loi 1901 spécialisée dans l'amélioration de l'habitat. Il accompagne ainsi depuis 60 ans les personnes modestes dans la réhabilitation, l'amélioration et l'adaptation de leurs logements. Il est également le partenaire privilégié des collectivités locales dans la mise en oeuvre de leurs politiques d'intervention sur l'habitat privé.

 

L'agence Equateur
L'agence Equateur est sous-traitant du PACT - Paris_Hauts-de-Seine_Val d'Oise sur l'OPAH 2D2E. L'agence développe au sein de ses projets une démarche engagée sur le développement durable et la rénovation énergétique.

MANIFESTATIONS À VENIR

SUR LE MÊME SUJET